Impression, visite, événement

MAFROUZA

Un film de Emmanuelle Demoris. Chronique polyphonique du quartier de Mafrouza à Alexandrie, tournée au fil de deux années passées dans cette cité informelle construite par ses habitants sur le site d'une nécropole gréco-romaine, Mafrouza se compose de cinq parties qui peuvent se voir de façon indépendante. Touchant d'humanité et de poésie !!

 

ECHO DE L'EXPOSITION ARTVO 2011 à Cergy

J'ai laissé mon regard vagabonder sous cette alcôve riche en trésors. Séduite par la nouveauté thèmatique et l'alliage des matières. Les artistes avaient décidé de nous surprendre par leurs couleurs vives et contrastées, souvent lumineuses, leur recherche du point A comme Art qui s'infiltre, relie, traverse, dépasse et nous choque ou nous enchante. Ici, pas d'indifférence. L'âme réceptive cueille l'instant créatif que l'artiste expose comme une tentation. J'ai rencontré Anélias.B dans son univers et suis entrée dans sa dimension, comme Alice à l'intérieur du miroir... Suzâme (13/06/11)

La plume de Marilyn Monroe

LA PLUME DE MARILYN

 

Marilyn Monroe

«Fragments : poèmes, écrits, lettres»

 Editions du Seuil

 

 J’ai eu le bonheur de participer au petit-déjeuner de la Médiathèque Pierre-et-Marie Curie le samedi 28 mai et avec quelques amateurs de cette actrice mythique, j’ai été passionnée par les propos de la traductrice du recueil Tiphaine Samoyault. Voici quelques notes prises au vol mises entre guillemets lorsqu’ils viennent de son témoignage.

Ce livre a été édité pour la première fois en France puis fut traduit en sept langues à partir de la traduction française dont le travail assidu et littéraire n’avait qu’une seule origine, les manuscrits épars retrouvés par la seconde épouse du professeur de théâtre de la star, Lee Strasberg qui ne l’aura pas connue.

«Elle remplissait la page de façon étrange, dans tous les sens …» «Son rapport à la page : orthographe instable, erreur de syntaxe, confusion dans le vocabulaire, écriture difficile…»

A l’abordage des premiers fragments où Marilyn avait 18 ans, puis après lors de sa vie de couple avec Arthur Miller, la traductrice parle de «décryptage de ses écrits» tant elle se heurte à des difficultés d’interprétation.

«L’actrice est autodidacte et au début écrit ses textes avec un anglais non maîtrisé.»

«Au fil de ses fréquentations, de ses lectures, son écriture progresse. Elle s’autoforme et arrive à écrire des poèmes» de mieux en mieux construits. Ses textes sont variés et sont inachevés"

Psychanalyse : «Elle allait voir son psychanalyste tous les jours».

Lire « Marilyn, dernières séances» de Michel Schneider – Editions Folio

Son écriture : «Elle écrit quand elle ne va pas bien. Quand elle se sent en insécurité" ce qui dénote «une absence totale de confiance en soi». «Elle écrit sur n’importe quel support, ce qui lui tombe sur la main». «Ce n’est pas une pratique égotiste mais un effort pour se dépasser elle-même, vaincre son destin».

La démarche, l’engagement de l’Editeur et de la traductrice Tiphaine Samoyault ont été de traiter volontairement ces fragments découverts comme des documents de littérature. Les journalistes critiques, essayistes ne s’y sont pas trompés. Lire l’article dans un récent numéro du Magazine Littéraire

Mon avis : Il ne peut être critique parce je n’étais qu’émotion en écoutant quelques extraits choisis, fragments d’une lucidité éblouissante. Le mythe de cette femme aux formes de Vénus nous avait caché son autre profil si cérébral la menant sans cesse à l’introspection, à partir de ses souffrances de ses attentes, de son exigence intime, et sans cesse à la recherche du dépassement. Hollywood avait enfermé cet être féminin dans son image de légende, ignorant qu’elle avait une étrange amie, sa plume de compagnie sans que nul ne s’y intéresse de son vivant.

 

Suzâme

(29/05/11)

Site à consulter pour plus d’information sur l’éditeur :

http://www.gatsbyonline.com/main.aspx?page=text&id=88&cat=cinema

Médiathèque de Chartres

Médiathèque de Chartres

Phrase, prise sur le vif, lors de l exposition " Livres d artistes, livres mystères " à la Médiathèque l Apostrophe de Chartres. Cette exposition est un régal : des trésors sont exposés, des livres sont à consulter, dans un espace extraordinaire : l Hôtel des postes réhabilité et transformé en médiathèque par l architecte et urbaniste français Paul Chemetov.

Exposition visible du 08/03/2011 au 25/06/2011

1, bd Maurice Violette 28000 Chartres

www.bm-chartres.fr

Délires de livres, exposition de livres objets et livres d'artistes à Chartres

Exposition De livres objets et livres d’artistes

Présentée par Am’Arts

 

DELIRES DE LIVRES

 

Du 16 avril au 8 mai 2011

Collégiale Saint-André à Chartres

De l’étonnement à l’admiration, j’ai été enchantée par cette exposition qui réunissait 160 créateurs autour de trois couleurs : Le bleu, le noir et le blanc. J’ai pris de manière si fugace quelques notes que le mieux pour vous, puisque la manifestation est finie, est de vous rendre sur leur site : http://www.am-arts.com/

J’étais avec Anne, conquise par les différentes matières, les expressions les plus inouïes et nous sommes reparties avec un zeste d’émerveillement dans le regard pour toute la journée mais aussi une trace précieuse de notre passage qui ravivera nos impressions encore longtemps : le livre de cette manifestation.

Suzâme (10/05/11)

N.B. Elle a lieu tous les deux ans.

Hommage à Pina Bausch ou la Danse de l'Ame

 

 

Avant-propos

Objet : Pina, documentaire inspiré par l'oeuvre et la personne de Pina Bausch (1940-2009) de Wim Wenders

Parce que j'ai été emportée par la Danse, moi qui était dans l'ignorance totale d'une telle poésie et parce que j'ai été fascinée surtout par l’influence de la chorégraphe décédée en 2009, son regard sur chaque être composant sa troupe mais aussi par son intériorité et sa projection d'une profondeur incontournable pour tous ceux qui gravitaient auprès d'elle, de son âme libre. Elle m'inspirera longtemps. Voici un texte pour elle.

Lire la suite

Je rêve

 

 

Bravo Marie Laure pour ton œuvre, poésie et sculpture vont de paire...  

 

Femme paysage,

Femme qui rêve

Ou qui a oublié son rêve...

Ou encore, a perdu la mémoire de ce rêve.

Femme jardin,

Territoire de poésie et de folie,

De sensualité terrienne

Ou d extase immatérielle.

Femme qui se construit

Se sculpte

Et qui bataille à la vie

Ce droit d être une Femme

Comme il lui plait.

 

Anélias.B

"PRINTEMPS DES POETES" ? LA POESIE DANS NOS COEURS

Hier soir, je me suis sentie avec vous comme dans une clairière après un longue promenade d'écritures et de lectures faite de nos curiosités, de nos découvertes, de nos étonnements. Nous avions rendez-vous sous un soleil merveilleux et si profond. Je l'appelle partage. Notre ronde au bout de ces "infinis paysages" m'a donnée une sorte d'ivresse, de vertige qui ne préparent jamais à la fin d'une si belle soirée. Vos commentaires me toucheraient.Suzâme

VETEMENTS à LIRE

VETEMENTS à LIRE

DEFILE du 14 Mars 2O11

Biennale de la  POESIE à ELANCOURT au Château des Templiers

Lire la suite

VISITE DE L’EXPOSITION TIVOLI AU MUSEE COGNACQ-JAY

VISITE DE L’EXPOSITION TIVOLI AU MUSEE COGNACQ-JAY

Sur une proposition d’atelier d’écriture de Pierre Thoribé (CICLOP) avec qui nous avions rdv hier au Musée, avec les cinq personnes du groupe dont notre amie Claudine, nous avons déambulé dans les salles de cette exposition sur TIVOLI, ville voisine de Rome, qui réunit une cinquantaine d’œuvres, peintures, dessins et gravures d’artistes- peintres du 18è siècle dont Boucher et Piranèse inspirés par ce motif du temple de la sibylle en ruine au cœur d’un paysage sublime et tourmenté et des légendes autour d’Albunéa. Notre petit groupe s’est dispersé sur les conseils de notre animateur qui ne nous avait laissé que deux consignes majeures ici seulement transposées : « Promenez-vous dans ce lieu, saisissez-en les inducteurs et restez libre d’écrire de tout ce que vous voyez, exemple cet extincteur, ce panneau de sortie de secours ou même une liste de courses inachevée restée dans votre poche… ». Devant nos yeux soit interrogatifs, soit perplexes, il rajouta «et qu’importe, vraiment qu’importe si cela n’a aucun rapport avec Tivoli !». En ce qui me concerne, oui je me suis sentie libre, libre d’écrire suivant l’influence du lieu, du thème et de quelques œuvres ayant suscitées mon inspiration. La foule, le bruit des pas des voix, des commentaires envahirent vite les salles. Mes efforts de concentrations frôlèrent peut-être la folie. Non ! J’écoutai mes rencontres, enfin je les imaginais avec un amandier géant, Albunéa, la 11ème sibylle de l’antiquité ou encore, Catulle, cet illustre poète romain dont je ne connaissais rien. J’ai écrit quatre textes qui, du Musée et des ruines du temple de Tivoli m’ont propulsée à l’insu de tous les visiteurs vers une dimension chère à mon âme, celle d’une proximité plus intérieure aux lieux, aux temps et aux êtres. J’étais en Poésie. (20/02/11) N.B. A lire prochainement quelques textes sur mon blog http://suzame-ecriture.over-blog.com/

Une belle rencontre avec Stan Rudnitz

Cet artiste, auteur-interprète à la voix chaude nous a donné en partage son parcours de la Pologne à Paris, revisitant plus que l'Histoire et ses écueils, nous confiant aux rythmes des mélodies interprétées par l'excellent guitariste Hervé Morisot, les épreuves et les bonheurs de sa vie. J'ai été particulièrement émue lorsqu'il a chanté dans une langue slave qui venait du fond de son coeur. Belle sensibilité! Soirée du 29/01/11. Suzâme.

POETRY, film Sud-coréen de Chang-dong Lee

J'ai pensé, vécu, cherché, rêvé à travers Mija, femme et grand-mère de 65 ans en quête des secrets de la Poésie. Je ne vous rapporterai pas son histoire bien qu'elle porte dans sa chair, dans son âme, silencieusement, toute la violence d'une vérité qui sera son épreuve en même temps qu'elle apprivoisera la Poésie lors de leçons bimensuelles et de rencontres au Club d'amour de la Poésie. Cela vous rappelle-t-il quelque chose? Elle essaie au coeur de son quotidien - c'est la leçon du poète - de voir, de regarder une pomme, un arbre comme pour la première fois. Tout est poésie, même la vaisselle, déclare le professeur. Elle tentera chaque jour d'écrire sur son carnet complice, toujours disponible où qu'elle aille au fond de son sac et atteindra sur le parcours de son existence, avant que les mots lui manquent, l'expression absolue. P.S. Parole du Poète: "le plus dur n'est pas d'écrire un poème mais d'avoir envie d'en écrire un". Belle méditation

Vive la Poésie d'Outre-mer !

Vive la Poésie d'Outre-mer !

Le 17 janvier dernier, je participais avec Anne à une journée de découverte organisée par le Printemps des Poètes dans un lieu magnifique et accueillant : la Maison de la Nouvelle Calédonie à Paris. Issus de l'enseignement, des bibliothèques, des associations, nous étions nombreux sous la «casbah» selon Virginie Soula, Chargé d’action culturelle et du livre de ce lieu magique soutenu par quelques totems fantastiques. Pour restituer cette belle rencontre, je vais m’exprimer au présent. Je suis envoûtée par un des immenses aquariums jusqu'à la conférence magistrale du poète Daniel Maximin, commissaire de «2011, l'Année des Outre-mer ». Finis les aprioris sur les intellectuels de la colonisation ! Avec tact et discernement, l'auteur revisite les grandes périodes de l'Histoire du monde, nous parlant de l'esclavage sans jamais le séparer de la liberté. Sur la poésie, il affirme ceci : «La poésie vient avant la libération....Elle se bat, elle résiste aux oppresseurs... Liberté, au-delà de la marche, de la pesanteur, la danse comme but ultime»...et continue en s'exprimant ainsi: «La poésie du cri au silence, du silence au chant...». De quoi l'écouter des heures, une éternité dans le réalisme et l'enchantement. L'après-midi, présentation des bibliographies et rencontre avec les éditeurs d'ouvrages d'anthologie. • Bruno Doucey, ancien professeur, éditeur, explorateur et poète nous présente sa prochaine publication «Outremer, trois océans en poésie». Quand il se lève les paysages apparaissent et quand il s'exclame très naturellement ainsi:«Je veux demander l'asile poétique dans chacun des territoires», nous voudrions être une île pour écouter encore ce beau géant parler de la poésie, «rhizome de territoire en territoire...» • Bernard Ascale, auteur de poèmes, nouvelles et chansons nous confie comment sa rencontre poétique avec Aimé Césaire a changé sa vie en décidant de consacrer son temps et ses talents de compositeur à mettre en scène une partie de l'œuvre du grand poète. Il fera paraître en 2008, une nouvelle édition du «Cahier d'un retour au pays natal» sous forme d'oratorio. • Charles Poslanec, chercheur et pédagogue, avec humour nous relate ses voyages, ses découvertes de poètes extraordinaires. Voici ces mots «Les poètes et les marins sont de toutes les couleurs». Auteur de romans, de poèmes et autres genres littéraires, il publie aux Editions Bruno Doucey la fameuse anthologie sur las poètes actuels que je rappelle de suite: « Outremer, trois océans en poésie ». Ses souvenirs esquissés nous donnent envie de partir, cachés dans ses bagages... • Jacques Rancourt : poète québécois, chantre de la poésie francophone, publie revue, recueils, essais. Il a notamment coordonné l'anthologie «Antilles, Guyane, anthologie de la poésie antillaise et guyanaise.» aux Editions Le Temps des Cerises en 2006. Il nous fait partager avec chaleur et spontanéité ses entretiens avec les poètes francophones d'Outre-mer. Son appétit de la poésie l'entraîne dans un bel engagement. Vivant à Paris depuis 1982, il traduit les poètes anglais et anime le Festival franco-anglais de la poésie ainsi que la revue «La Traductière» Nous restons en fin d'après-midi pour écouter le cœur, la tête et la voix, en un mot l'esprit du poète Kanak, Denis Pourawa, auteur de «Téa Kanaké, l'homme aux cinq vies [/b[b]](Ed. Grain de sable)». Il nous livre en confidences, à partir de quelques questions essentielles posées par Emmanuelle Leroyer, responsable des formations du Printemps des Poètes, les indices, les traces de sa découverte dès l'enfance de la poésie. Avant l'écriture, il y a ce que dit le silence, l'initiation au culte de la nature à travers les rites des adultes. Dévoilant son parcours atypique pour nous, gens de la métropole, il nous révèle une sensibilité grave et pourtant aussi vive que les couleurs des oiseaux d'Outre-mer. Son cheminement ? Depuis l'enfance, c'est en partant de la poésie du regard qu'il est arrivé quelques années plus tard à l'écriture de la poésie. Cette belle rencontre nous donne l'envie d'organiser une lecture qui reprendrait les poèmes depuis l'Anthologie de la Poésie nègre et malgache de Léopold Sédar Senghor. aux anthologies les plus récentes éditions. (le 23/01/11) N.B. Photo découverte sur le site de la "Maison de la Nouvelle Calédonie dont nous espérons l'acceptation d'insertion sur notre blog.

Lire aux Etoiles

A cette heure-ci je devrais faire mon remue-ménage dans la cuisine, pour dire la cuisinière est là, c'est dimanche! Mais je préfère commencer par mes impressions sur notre si belle rencontre d'hier sous le ciel de Nanterre et l'accueil d'Aïcha, fée de notre soirée magnifique. J'étais venue morose et l'amitié m'a entourée de ses bras transparents. Les lectures parlaient en poésie du coeur et scintillaient l'humour et la sagesse. Merci Aïcha.

L'amour

"L'Amour" mais qu'est-ce que l'amour ? Si divinement intérprété par Nathalie Bouquin, l'amour, quand ses mots à elle vous posent cette question ; vous en trouvez la réponse. Amis poéviens, poéviennes, soyez sûrs que l'amour vous gagnera !

logo copyright

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site