Défi d'écriture...Et le gagnant est....

Voici les textes du défi d'écriture proposé par Anélias.B au marché des arts "Artistes dans la rue", le 15 septembre 2012 à Versailles, organisé par l'association EBA . Le tirage au sort a eu lieu à 17h 15 en présence du public, puis Monique D a fait lecture du texte gagnant. Un grand MERCI à tous les participant(e)s

                                                      Texte gagnant                                                         

Elle (interrogative) : Les trésors de la vie, secret d'alcôve ? Harmonie céleste ? Friction ou fiction ?

La lucidité : l'encre de sang chaud ouvre sur la double vie.

Lui (affirmatif) :Dans le « secret d'alcôve », je t'écris « à l'encre de sang   chaud » pour célébrer l'«  harmonie céleste » de notre «  théâtre intime »

 Sylvie et Olivier

a-l-encre-de-sang-chaud.jpg

  À  l'encre de sang chaud. 

   35x35 , technique mixte

Texte 2

Par une belle journée, au Hong Kong Café, regardant un tableau appelé «  À la frontière du merveilleux » le fantôme d'écriture m'envahit... Je pris alors dans mon sac, une carte et un stylo, et y écrivit un poème que j'intitulais «  le feu de la passion ». Puis je le mis dans une enveloppe pour l'envoyer à mon Amoureux. Hélène

hong-kong-cafe.jpg

Hong Kong café  

35x35, technique mixte 

Texte 3

La nostalgie du poisson tropical

Dans son territoire rectangulaire

Contraint par les parois de verre

Le poisson tropical s'ennuie,

Les eaux de turquoise et d'émeraude

Les coraux qui tranquillement s'érodent

Tous ses souvenirs de Cuba

Lui causent du tourment ici-bas

« Chère mer des caraïbes

Ne me reste de toi que des bribes

Des bribes sucrées-salées iodées

Où mouvoir

Mes nageoires

En pensée »

Juliette L

www.artabus.com/lamarca

Texte 4

À la frontière du merveilleux nous passâmes une belle journée en fête. Faire du neuf avec du vieux : c'est la terre des hommes.

Comme une double vie, entre fiction (sans friction) et feu de la passion, nous profitâmes des trésors de la vie avec lucidité. C'était la ville, sans la nuit ni la pluie mais un théâtre intime où, à l'orée du silence, nous prîmes notre plus belle plume à l'encre de sang chaud.

J'espère que le temps des bons points sera venu et que j'emporterai une œuvre originale de cette magnifique journée riche de couleurs et de talents.

Sandrine B

Texte 5

Là-bas

C'est une maison bleue, adossée aux dunes de Manche.

Là-bas c'est comme une double vie avec une impression de fiction à la frontière du merveilleux tant la vie est d'une harmonie céleste.

Là-bas on a vraiment quitté la ville, on y savoure le feu de la passion.

Par une belle journée, bien que là-bas les journées soient toutes belles, la pluie n'existe plus, chaque nuit est éphémère comme une fleur de lune et chaque jour c'est la fête et l'équinoxe d'été.

Là-bas, devant la cheminée, la fumerie d'opium nous plonge à l'orée du silence dans un secret d'alcôve.

Il n'y a pas de friction, on est comme dans un théâtre intime où le poisson tropical posé sur l'étagère n'est plus nostalgique. Et tout à coup, le fantôme d'écriture disparaît et la lucidité revient pour nous rappeler de ne pas foncer droit dans le mur originel.

Valérie

Texte 6 ( coup de cœur! )

Il n'y a pas de frontière

Entre la belle nostalgie et le silence.

Hong Kong regarde la lune

Passion d'opium ?

Poison d'alcôve ?

Originel le Merveilleux trône sur les murs

ou se cache dans ses fissures

Théâtre céleste

À l'encre intime.

Il n'y a qu'une fête

des hommes et des fleurs

en terre d'écriture.

Pas d'harmonie sans fumerie !

Les vieux fantômes qui nous inspirent

Ont toujours l'air neuf

avec mille trésors à la journée.

À l'orée d'un café brume

Rêver tropical et oublier le sang.

Il n'y a qu'un visage : LA VIE.

Suzâme

http://suzame-ecriture.over-blog.com/

Le défi continue !

Écrire un texte libre avec la liste des titres des œuvres exposées : À la frontière du merveilleux, Une belle journée, Du neuf avec du vieux, Terre des hommes, Fête, Le feu de la passion, La nostalgie du poisson tropical, La fumerie d'opium, Hong Kong café, Fleur de lune, Fantôme d'écriture, À l'orée du silence, Mur originel, Secret d’alcôve, Harmonie céleste, Théâtre intime, À l'encre de sang chaud. Trésors de la vie, La lucidité, Friction ou fiction ? La ville, la nuit, la pluie, Double vie, Équinoxe d’été, Le temps des bons points, Impressions

Le déposer en commentaire ou par mail à anelias.8@laposte.net

Texte de CATHEAU, reçu le 17 septembre2012

Quittant l’Occident, ses leurres intellectuels et ses amours futiles, j’avais fui vers Hong-Kong, le port aux parfum, espérant que j’y ferai du neuf avec du vieux. Je passai bientôt une grande partie de mon temps au Hong-Kong Café, enfin je devrais dire dans l’arrière-arrière cour du Hong-Kong Café, où se dissimulait la fumerie d’opium, la plus crasseuse que j’ai jamais fréquentée.

Derrière les hautes tentures rouges délavées et déchirées, allongé sur un vieux banc laqué noir brinquebalant, dans la chaleur moite des vapeurs du chandoo, à l’orée du silence, je m’efforçais vainement de me rejoindre moi-même, je tentais désespérément d’accéder à l’harmonie céleste. En vain. La terre des hommes collait à mes pieds fatigués, la houle des bruits de la fête urbaine de Kowloon assourdissait sans cesse mes oreilles, mon hypocrite théâtre intime persévérait à jouer la comédie en moi.

Ce fut par une claire soirée, lavée et essorée par la mousson, qu’il me fut donné de rencontrer celle que depuis je n’ai cessé d’appeler ma Fleur de lune. Ne m’était-elle pas apparue étrangement blanche sur les murs noircis de la fumerie ?

L’amande mi-close de ses yeux, la ténèbre vivante de sa lourde chevelure, le pur ovale de son visage de craie, le frôlement électrique de sa nivale tunique de soie, eurent raison de ma volonté déjà chancelante. Le feu sacré de la passion amoureuse me dévora en un instant, la nostalgie du poisson tropical qui me fouaillait disparut soudain, le fantôme d’écriture qui hantait mes rêves velléitaires réapparut.

Plus rien ne me préoccupa désormais que le secret d’alcôve que sa bouche langoureuse me chuchotait chaque nuit. Derrière le mur originel qu’elle avait érigé pour celer notre amour, je sus que ma seule issue serait d’écrire l’histoire de ce nouvel attachement chinois à l’encre de sang chaud.

 

Catheau 

http://ex-libris.over-blog.com/article-a-l-est-quelque-chose-de-nouveau-110244837.html



ANÉLIAS.B défi d'écriture marché Notre Dame artistes dans la rue carré à la farine Versailles exposition Suzâme EBA À l'encre de sang chaud

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

logo copyright

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×