Murmure

Parfois, c’est si dur de rester entre quatre murs. Entre quatre mots.

Si durs que l’on préfère mourir : que l’on préfère se taire, se terrer dans le silence. S’enterrer.

Les murs du silence ne sont pas opaques, non, ils sont magnétiques, et ils polarisent vos pensées dans le mauvais sens, le sens des courant d’air qui glissent et vont et viennent en tourbillonnant.

C’est si dur que l’on préfère, faire n’importe quoi plutôt que de rester dans les murs du silence. Alors on écrit, un tout petit mot, que l on jette à la face du monde, sans un bruit. Un petit mot, tout petit, petit comme un grain de sable dans les coulisses de la vie.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

logo copyright

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×