Ecorce de l’âme

Ecorce de l’âme, enveloppe de chair, je suis le mot primitif dont les syllabes ont été égarées.

Le mot délicieux que jamais tu ne veux prononcer.                                              

Je suis l’onde douce et voluptueuse de ta peau pimentée. J’oublie le monde qui s’égare, toute ma mémoire est au bout de mes doigts, en alerte. Avide de toucher. J’oublie avec obstination le crépuscule, j’attends l’heure exquise de la nuit où tu quittes ton rôle. J’oublie tes outrages, j’oublie les coups de griffes de ton ego, les coups du sort. J’oublie les tatouages sur mon corps et toute tes mises à mort.

 

Anélias.B

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 11/09/2015

logo copyright

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site