Lire, écrire, dire et redire le bonheur d être vivante

Je déplie des banderoles,

Déploie mon auréole ;

Des idées ocres comme le Dingo,

Chien jaune du désert d’Australie…

Elles volent autour de moi.

Elles aboient, jappent, me mordillent les sens.

Allégresse.

Or liquide, ambre audacieuse, soleil orange,

Corail des mers lointaines, accrochant,

Inouïs et sauvages, des poissons volants.

 

Je vole au paysage ses secrets éclatants

Tresse des bandelettes,

Des idées vertes

Banderilles,

Vétilles et petits riens

 

Je mélange les couleurs,

Joue avec les mots et le hasard.

Le vent me souffle des certitudes,

Je lui jette de la poudre au yeux,

Des pigments, fous, indomptés.

 

Éclats de rire.

Il reste des peccadilles, un peu de cendre,

Il reste le rouge sang

Qui n’a pas dit son dernier mot,

Et le bleu cyan qui crie dans mes veines…

 

Il reste encore l’orange lumineux

Qui joue avec le violet

Et le vert émeraude jaspé de turquoise…

Il reste le blanc qui dévore tout.

 

Je poursuis ma ballade,

Planant suivant les courants d’air,

Pourchassant ces esprits fugaces et malicieux.

Une touche d’opaline, un point fushia,

Une pincée de jaune citron, acide et fantasque,

Quelques grains de folie grège…

Huppée, audacieuse,

Sous ses airs éteints de braise,

L’écarlate incandescent…

 

revenir à l interview de Anélias.B

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 11/09/2015

logo copyright

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site