L'HOMME SANS ILLUSION, poésie

L'HOMME SANS ILLUSION

 

Abandonné de tous, il marche sur la route

Sur les pavés ses pieds au sol vont martelant

Comme pour faire fuir le silence oppressant.

Le présent est enfer taraudé par le doute

Amputé de l'amour, l'homme sans illusion

Le cœur en berne va son chemin de souffrance.

Une fille facile, acte de circonstance

Le vide à chaque pas mène à sa perdition

Les « je t'aime »menteurs ainsi que ces murmures

Glissés sur l'oreiller s'envolent vite au vent.

Il sait bien que les mots n'ont de sens qu'un instant

Les promesses d'un soir finissent en parjures

Naufragé qui s'accroche à l'impossible espoir

De Charybde en Scylla sur une mer houleuse

Escorté par les cris d'une sterne moqueuse

Le tumulte l'emporte au-delà du miroir

Sur son canapé seul, lorsque l'heure blafarde

Etend sa toile sombre, il rêve de partir

D'un aller sans retour, vers l'éther s'évanouir

Enlacer le néant, les bras de la Camarde.

 

Jean Paul Villermé 

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

logo copyright

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site