LA LOIRE ME POETISE

de

Jean-Paul Villermé

 

 

Petit enfant, un jour, dans l’eau du fleuve Loire

Ma plume j’ai trempé comme dans l’encrier

Du temps où je notais aux lignes du cahier

Les cours de l’enseignant sur un bout d’écritoire.

 

Batelier de la rime au fil du temps voguant

Mon corps s’est imprégné du jus de l’ambroisie

Ce nectar qui sent bon l’odeur de poésie,

Le long des rives, j’erre au gré de son courant.

 

La gabarre du rêve enchante le trouvère

Et sur l’onde Érato conduit l’alexandrin

Passionné par les mots, tel on aime un bon vin

Dans l’ivresse du flot, je deviens primevère

 

Se reflètent mes vers sur le tain de son eau

Miroir de mon Olympe où plongent mes racines

Ce jardin de l’enfance aux rives angevines

Inspire mon Parnasse, elle en fut mon berceau.

 

Gardienne du français, la belle poétesse

Irrigue mes saisons comme un doux Cabernet

Je m’abreuve à sa source assoiffé d’un sonnet,

Sans dieu j’ai seulement la Loire pour maitresse.

 

Parfois si je me perds dans la couleur d’un mot

Ton souvenir est là qui me donne la rime

Les vagues du quatrain me sortent de l’abime

L’arc-en-ciel sur mon cœur devient coquelicot !

 

 

 Jean-Paul Villermé

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 25/06/2013

logo copyright

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site