VIDE, poésie

 

VIDE

 

Une boite à lettres vide

Un téléphone muet

Un ordinateur sans message.

 

Le front contre la vitre

J’observe le néant.

Elle ne viendra plus,

L’appartement est triste

Comme mon cœur.

 

Il ne me reste que quelques poèmes

Deux ou trois bougies

Qui éclairaient

Notre amour.

 

Lumière vacillante

A jamais éteinte.

 

Le jour est devenu nuit

Mon cœur est en hiver

L’horizon s’éloigne.

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

logo copyright

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site