l’effet de la saison

 

Après m’être évadée par l’œil de Judas, après avoir quitté cet étrange couloir où j’avais cru voir un cœur immense derrière la porte, j’étais dans les nuages propices aux rêveries.

Soudain, spontanément, envie de jouer, de papillonner peut-être pour oublier la flagrance de cette autre vision au-dessus du mur envahi de lunes enfantines, une icône inconnue.

Etait-ce seulement l’effet de la saison ? Nous étions un mardi rouge du mois de mars.

 

SG

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 11/09/2015

logo copyright

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site